, l’âge aidant, me voilà un catho du genre anachronique. Un prêtre de campagne ensoutané de noir m’a baptisé dans la foi, un archevêque m’a confirmé dans cette foi. J’ai servi la messe, fait ma première communion, puis la solennelle, en passant par le confessionnal pour solder l’ardoise des péchés, mortels et véniels. Lourde, l’ardoise, mais une piété sincère, encore qu’hétérodoxe, équilibrait mes inconduites

, l’âge aidant, me voilà un catho du genre anachronique. Un prêtre de campagne ensoutané de noir m’a baptisé dans la foi, un archevêque m’a confirmé dans cette foi. J’ai servi la messe, fait ma première communion, puis la solennelle, en passant par le confessionnal pour solder l’ardoise des péchés, mortels et véniels. Lourde, l’ardoise, mais une piété sincère, encore qu’hétérodoxe, équilibrait mes inconduites

 "Un nihilisme habillé de fausses vertus abuse les consciences et je souhaite qu'une autre génération ne se laisse pas flouer comme la mienne. Ma vie aurait connu des embellies plus franches si à l'âge des commencements une plume amie m'avait alerté sans me désenchanter. Tel n'aura pas été le cas; j'ai caboté tout seul sur des esquifs d'infortune, à contre-courant de mon époque. Si je m'adresse à toi, c'est pour que tu te sentes moins seul que je ne le fus à l'heure des décollages. Ce vers quoi nous dérivons tous n'est ni rassurant ni exaltant, mais il ne tient qu'à toi de t'en évader. Toi avec d'autres : si vous êtes nombreux à déserter le champ clos et miné des idées convenues, une espérance poindra en place de vos désarrois."

Le moraliste

"Considérations inactuelles" (Plon)

"Ta vie est un jeu; n'en sacrifie pas la gratuité à des obligations. Un jeu tragique, souvent cruel et dont les cartes sont biseautées. Tout de même, ce "songe d'un songe" (Calderon), cet aléa si improbable et plus bref dans son genre que la vie d'un papillon, tâche d'en faire la marelle d'une cour de récréation. Emerveille-toi d'avoir sauté une case, avec cette gravité des enfants qui jouent. Emerveille-toi de tout et d'un rien en privilégiant l'envers poétique des êtres et  des choses. Ta vie est un jeu amoureux; n'en dilapide pas les mises sur les échiquiers dérisoires de l'esprit de sérieux"

"Le soleil, la pluie, le vent - ces brûlures délicieuses des éléments, savoure-les sans diviniser la Nature. Elle n'est belle qu'en toi et par toi; aime-la, étreins-la, contemple-la; n'en fais pas l'idole d'un panthéisme . Le ciel , ce sont tes songes qui l'étoilent. Le secret au coeur d'une forêt, l'intime au creux d'un vallon, l'infini d'un désert, ou de l'océan, les luxuriances tropicales, les sidérations extatiques devant les cimes ou les banquises -c'est au plus près, au plus précieux, au plus indicible de toi"